Saint-Michel

INFORMATION :


SAINT MICHEL
02830 (Hir.)
3 522 hab. Saint-Michellois, Saint-Michelloises

Maire : M. Thierry VERDAVAINE
Mairie : 03.23.58.87.40 / Secrétariat : Mme LEFEVRE ; Lundi et samedi : 09:00 à 12:00 ; Du Mardi au Vendredi : 09:00 à 12:00 - 14:30 à 17:30

st.michel.en.thierache@wanadoo.fr
www.annuaire-mairie.fr/ville-saint-michel-02.html

(mise à jour au 04 03 2013 : 39 associations)

Ecole : 03.23.58.08.48 / Directrice : Mme Marie-Chantal CAUCHY / 15 classes : 25 PS mat + 25 PS & MS mat + 27 MS mat + 21 GS mat + 21 GS mat + 26 CP & CE + 26 CP & CE + 25 CE + 21 CE + 21 CE + 26 CM + 26 CM + 25 CM + 21 CE & CM + 12 CLIS = 229 élèves.

HISTOIRE & GEOGRAPHIE :

Autrefois : ROCHEFORT-SAINT-MICHEL. Ancienne voie romaine. Au Xè siècle, n’existait qu’un oratoire dédié à St Michel, édifié en 693 par Ursmer, évêque du Hainaut et de Thiérache. Il y fonde une première communauté placée sous la protection de l’archange. La région est déjà frontalière entre France et Saint-Empire Romain germanique, ce qui entraîne les dévastations. Au décès d‘ Ursmer en 713, la petite chapelle sylvestre était un sanctuaire réputé et un lieu de pèlerinage. L’oratoire d’Ursmer finit par tomber en ruine. C’est KADDROE, un Ecossais de sang royal, accompagné de douze compagnons, qui décide de reprendre le lieu lorsqu’il arrive en Thiérache. Ces derniers décidèrent de se consacrer à Dieu. En 943, le décès (peut-être l’assassinat) de HERIBERT II (comte de Vermandois qui inclut la Thiérache), dans un climat d’intrigues et de luttes sanglantes entre les tenants de la branche aînée des Carolingiens et les partisans des Ducs de France, généra un retour à la pratique chrétienne de son ami et vassal EILBERT, qui souhaitait réparer ses torts. Avec son épouse HERISINDE (ou HERSENT), il décida de créer un monastère, lieu de retraite et de prières garantes du salut de l’âme. C’est ainsi que HERISINDE qui avait fait restaurer et agrandir l’ Eglise de Saint-Michel dès 942, installa KADDROE et ses compagnons dans cet endroit désert où ils pouvaient servir Dieu en travaillant de leurs mains : l’ oratoire de Saint-Michel Archange répondit tout à fait à leurs voeux. Sous l’impulsion de HERISINDE, Raoul, évêque de Laon, signa en 945 la charte corroborée par le roi LOUIS IV conférant aux « pérégrini scots » la propriété de l’oratoire. Enfin, HERISINDE dota cette communauté de 21 000 arpents de bois (dont elle était propriétaire) aux alentours .
ERISINDE envoya KADDROE à Fleury (Saint-Benoît sur Loire), proche de Cluny, lieu d’obédience bénédictine par excellence et envoya MACCALIN, son compagnon, le futur abbé de Saint-Michel à Gorze (près de Metz) la rivale bénédictine de Cluny. Ils abandonnèrent très vite le monachisme celtique où l’on vit en ascète, seul ou en communauté (sans autre règle que celle que l’on se fixe soi-même), cela au profit des règles de SAINT BENOIT et de son mode de vie sédentaire. L’abbaye de Saint-Michel devint ainsi bénédictine. KADDROE mourut en 974 et MACCALIN en 978.

ci-dessous : la façade "baroque" de l’abbaye
JPEG - 2.1 Mo
JPEG - 2 Mo

le plafond de la salle capitulaire
JPEG - 1.4 Mo

Lire la suite de l’histoire de l’abbaye sur le site :
http://www.abbaye-saintmichel.com/hist2.htm
Le bourg de Rochefort et l’abbaye furent plusieurs fois détruits au cours des conflits des XIVè, XVè et XVIè siècles.

la maison du prévôt
JPEG - 2.5 Mo

SAVART : voir site
http://www.genealogie-aisne.com/perso/savart.htm

AVIS DE RECHERCHE...

Lors d’une exposition à l’abbaye en octobre dernier (voir lien sur ce site :
http://www.aptahr.fr/culture/article/animation-autour-des-savoir-et-des
"Un musée éphémère grâce aux seniors") ; une dame qui réside actuellement dans la Marne, est passée sur les traces de son enfance : l’Orphelinat qui était aménagé dans les locaux de l’abbaye jusqu’aux années 1945 - 46... Il s’agit de Mme PARISOT Mauricette. Elle y a connu Jean CHARTON, qui fut résistant (il existe une rue Jean Charton à St Michel), et dont le nom figure sur le monument du hameau d’Entre-deux-Bois (Origny ?). Sa sœur, Marie-Thérèse DESEMERY (?) aurait encore une belle-sœur au Chêne-Bourdon (Landouzy).
A connu l’abbé PIRE (curé d’Aubenton), avant l’abbé VERSLUYS… ( ?)

Elle est donc à la recherche de personnes qui auraient vécu cette période. Si c’est votre cas, merci de contacter l’APTAHR : 0323986393 (François PERY).

Cours d’eau : le Gland ; le petit Gland ; l’Artoise ; le Fourchamp ; le Brugnon.

Hameaux : Blissy, Montorieux, Cocréaumont, la Rue des leups, le Champ d’Etry, l’Alouette, le Chamiteau, la Bovette, les Vallées, les Chauffours, les Neuf Cours, le Pavé, le Pré Lorquin, Gomefosse.
Sougland où se trouvait un important site de forges qui remonte à 1543, fondée par Thomas de Canone.
ci-dessous : le déversoir de l’ancien moulin de Sougland
JPEG - 3.3 Mo